Entrez dans notre cercle Google plus Devenez fan dans notre Facebook Suivez-nous sur Twitter Contactez-nous

Projet immobilier : les taux continuent à baisser en juillet 2016

Mois après mois, le tarif des crédits immobiliers ne cesse d’atteindre son niveau plancher. Dans certains cas, ils peuvent même descendre sous la barre de 1%. Pour les acteurs, c’est le moment de réaliser les projets en suspens ou de renégocier leurs anciens emprunts. Alors, cela vous tente?

Taux immobilier: Un nouveau record pour le mois de juillet

Tous les mois, un même phénomène se produit dans le domaine immobilier: le taux des crédits baisse. Si beaucoup avaient prévu une stabilisation, la situation a pourtant pris une autre tournure. En ce début du troisième trimestre de l’année, les tarifs des prêts n’arrêtent pas de décroître. Or, au mois de mars, le taux moyen a déjà subi une décote exceptionnelle de 2%. Toutefois, la plupart des banques semblent trouver cette baisse insuffisante pour attirer l’attention des investisseurs. Ainsi, certaines d’entre elles ont fini par réduire à moins de 1% leur taux de crédit. Désormais, les établissements de prêt s’engagent à adopter une stratégie de « populisme » pour faire les yeux doux à tous les emprunteurs. Pourquoi? C’est simple, face à la férocité de la concurrence, ils sont prêts à sacrifier une grande partie de leurs gains pour gagner un client de plus. Jusqu’à quand? Rien n’est encore sûr, mais en tout cas, cette tendance pourrait prendre de l’ampleur au cours de ces prochains mois puisque la BCE maintient son taux directeur proche, voire équivalent à 0%.

Des baisses sur tous les contrats

D’une manière générale, le taux moyen des crédits immobiliers a connu une décote de 0,7% en 6 mois. Si en janvier, il a été fixé à 2,5%, au mois de juillet, il est descendu à 1,8%. Le recul est donc frappant. Il faut savoir que cette baisse concerne les contrats toutes durées confondues. Tout d’abord, pour un prêt sur 15 ans, le taux est compris entre 1,4% et 2,15%. Cependant, les couples qui gagnent annuellement à partir 70.000 euros en province ou 100.000 euros en Île-de-France peuvent obtenir un taux préférentiel de 1%. En revanche, les crédits sur 20 ans sont négociables entre 1,7% et 2,4%. Par contre, les emprunteurs ayant des profils rassurants ont la possibilité de contracter un prix encore plus bas, soit près de 0,90%. Quant aux crédits sur 25 ans, le taux est généralement compris entre 2% et 2,8%, ce qui reste très attractif. Toutefois, les primo-accédants âgés de moins de 30 ans peuvent espérer obtenir un taux plus compétitif qui s’élève à 1,4%. En bref, le marché du crédit immobilier se rétablit avec des prix plancher qui s’appliquent à tous les niveaux.