Entrez dans notre cercle Google plus Devenez fan dans notre Facebook Suivez-nous sur Twitter Contactez-nous

Le nantissement de crédit : comment ça se passe ?

 

 

 

Un grand nombre de garanties peut accompagner un crédit immobilier. À part l’assurance-crédit, la caution et l’hypothèque, il y a également le nantissement.

 

Le nantissement de crédit en quelques mots

La garantie fait partie des exigences des établissements bancaires lorsqu’il est question de crédit immobilier. Ainsi, ils pourraient se prémunir des risques d’impayés si l’emprunteur venait à décéder ou à devenir invalide. Parmi les garanties disponibles se trouve le nantissement. Contrairement à l’hypothèque, le nantissement fait souvent référence à un élément incorporel. Une part de société peut par exemple être nantie, tout comme un titre de propriété ou encore un fonds de commerce. Mais il est important de savoir différencier le nantissement d’un gage, même si le principe est le même. En effet, l’on parle de gage lorsque des biens mobiliers comme une œuvre d’art, une voiture ou autres sont mis à la disposition de la banque. En général, les charges liées à un nantissement s’élèvent à 500 euros, mais elles peuvent atteindre 1000 euros dans certains cas.

 

Les différentes clauses du contrat de nantissement

Pour un nantissement de crédit, l’établissement d’un contrat entre l’emprunteur et l’établissement financier sera suffisant. Il ne sera donc pas utile d’aller chez le notaire pour présenter l’acte de crédit. Dans ce contrat devront être stipulés plusieurs points, notamment l’engagement de l’emprunteur à placer les titres auprès de la banque. Cette dernière en sera alors propriétaire au cours de toute la durée de remboursement du crédit immobilier. Une fois que les deux parties ont signé le contrat de nantissement, l’emprunteur n’est donc plus propriétaire des titres engagés, tant qu’il n’a pas remboursé le crédit dans sa totalité.

 

Les différents types de placements que l’on peut nantir

Il est également possible de nantir des placements financiers comme les plans épargne Actions ou l’assurance-vie afin de garantir un crédit immobilier. Dans le cas d’une assurance-vie, le crédit immobilier sera remboursé par l’assurance-vie nantie si l’emprunteur venait à décéder ou à devenir invalide. S’il s’agit d’une action de société, la banque procèdera à la vente de cette action afin de rembourser le crédit. Mais il est également possible de demander à la banque d’adosser un prêt immobilier à un placement financier s’il s’agit d’un crédit-in-fine. Ainsi, le nantissement des placements financiers permettra à la banque de se prémunir des risques d’impayés. Pour rappel, cette forme de crédit consiste à rembourser en un seul paiement le montant emprunté au moment de l’échéance de prêt, et de payer les intérêts soit tous les ans soit au terme du remboursement.