Entrez dans notre cercle Google plus Devenez fan dans notre Facebook Suivez-nous sur Twitter Contactez-nous

Crédit immobilier : fortes disparités entre les emprunteurs de la région parisienne

 

 

Selon une étude récente, les profils d’emprunteurs ne seraient pas les mêmes en région parisienne. Le niveau de revenus en Île-de-France est en effet plus élevé que celui des départements voisins.

 

Des profils différents d’un département à l’autre

 

Un courtier en crédit immobilier a entrepris de dresser les différents profils d’emprunteur en région parisienne. Un millier de dossiers de prêt ont été analysés dans le cadre de l’étude pour avoir une idée de l’âge, du statut professionnel, du nombre d’enfants, du prix d’achat et des revenus de l’emprunteur et du co-emprunteur. On découvre ainsi qu’il existe une forte disparité d’un emprunteur à l’autre puisque certains semblent plus avantagés que d’autres à la souscription d’un prêt. L’élément illustrant le mieux cette disparité est le revenu qui est particulièrement élevé à Paris comparé à celui en Seine-Saint-Denis ou Seine-et-Marne par exemple.

À Paris, les revenus mensuels de l’emprunteur s’élèvent en effet à 4 600 euros tandis que ceux de son co-emprunteur s’établissent à 3 960 euros. Ils sont en revanche à 2 800 et 1 720 euros en Seine-Saint-Denis et à 2 000 et 1 540 euros en Seine-et-Marne. D’autre part, il s’avère que certains départements sont plus propices à l’acquisition que d’autres. Si la moyenne régionale s’établit à 284 000 euros, le montant des acquisitions s’élève en effet à 255 000 euros dans l’Essonne et même à 189 000 euros en Seine-et-Marne. Paris reste naturellement l’endroit où l’immobilier est le plus cher avec un montant des acquisitions allant jusqu’à 397 000 euros.

 

Les couples sont les principaux emprunteurs d’Île-de-France

 

Les emprunteurs en Île-de-France sont essentiellement composés de personnes ayant entre 35 et 39 ans. La plupart sont en couple et décident souvent d’emprunteur à deux. Selon l’étude, cette situation est en grande partie due à la baisse du pouvoir d’achat des acheteurs et la hausse constante des prix de l’immobilier. Acheter seul est ainsi devenu de plus en plus difficile sachant qu’il est souvent nécessaire de fournir un apport équivalant à au moins 10 % du montant du financement pour obtenir un prêt. Près de 6 couples d’emprunteurs sur 10 n’auraient par ailleurs pas d’enfants à charge.

Pour ce qui est du lieu d’investissement, l’étude révèle que la plupart des emprunteurs d’Île-de-France restent au sein de leur département pour acheter un bien immobilier. C’est cependant dans les Yvelines qu’on observe un important taux de fidélité puisque 90 % des habitants prennent la décision d’investir dans le département qui les a vus naître. Enfin, il faut noter qu’il existe certains profils d’emprunteurs qui choisissent de se rapprocher de la capitale pour des raisons professionnelles. Les Parisiens choisissent au contraire d’investir chez leurs voisins.