Entrez dans notre cercle Google plus Devenez fan dans notre Facebook Suivez-nous sur Twitter Contactez-nous

Crédit immobilier pour profession libérale, un projet viable !

 

 

Les acheteurs immobiliers exerçant une profession libérale peuvent aussi contracter un crédit bancaire pour financer leur acquisition.

 

Avoir le bon profil d’emprunteur

 

Compte tenu du statut particulier de l’emprunteur, la banque se montre très vigilante lorsqu’elle étudie le dossier de quelqu’un exerçant une profession libérale. Ainsi, ce dernier devra tout faire pour rassurer le gestionnaire de son compte bancaire. En effet, la banque n’a pas les mêmes repères que lorsqu’elle traite un dossier d’un salarié ayant un CDI. Le postulant à l’emprunt immobilier doit donc apporter des informations pertinentes sur la santé financière de son activité.

Credit immobilier une

Ainsi, tous les éléments d’information qui peuvent plaider en sa faveur seront agréablement appréciés : densité de sa clientèle, compétence professionnelle se démarquant de la concurrence, compte prévisionnel de trésorerie optimiste, etc. Comme la banque attache une importance particulière aux documents relatifs aux déclarations d’imposition de l’emprunteur ainsi que ses dossiers comptables, il fera bien de les présenter également. Pour démontrer qu’il gère bien ses comptes, il joindra à son dossier les relevés bancaires des trois derniers mois.

 

Le travailleur libéral est un client solvable

 

Le candidat au prêt a aussi tout intérêt à jouer la transparence sur ses encours de crédits. Les informations sur les dettes contractées par le candidat à l’emprunt permettent à la banque de déterminer la capacité de son client à rembourser le crédit sollicité. Il peut arriver que l’organisme prêteur demande au souscripteur de rembourser par anticipation certains prêts afin de ramener son endettement en dessous des 33 %. Une telle opération risque cependant de réduire la marge de manœuvre de l’acheteur immobilier. Il peut éviter de se soumettre à cette exigence en calculant à l’avance son taux d’endettement.

Celui-ci doit par ailleurs indiquer le montant de sa contribution financière dans le projet d’achat. La valeur de cet apport personnel influe beaucoup dans la suite que la banque donnera à la demande de son client. Cette somme permet à l’institution de crédit d’appréhender l’implication de l’emprunteur en profession libérale dans son projet immobilier.

 

Faire jouer la concurrence

 

Comme tous les autres emprunteurs, le travailleur libéral peut aussi se voir sa demande rejetée par la banque. Pour ne pas compromettre son projet d’acquisition, celui-ci doit multiplier ses chances d’obtenir un financement. Il peut confronter les offres proposées par la concurrence. Il se pourrait qu’il y ait une formule de prêt répondant à ses besoins et correspondant à son profil. Le souscripteur peut même se servir des conditions de financement mises en avant dans les autres établissements financiers pour convaincre son banquier à lui accorder cet emprunt.

Credit immobilier

Le candidat à l’acquisition procèdera de la même manière lors de la recherche de sa garantie de crédit. En vertu de la loi sur la délégation d’assurance, un acheteur immobilier exerçant une activité libérale peut assurer son prêt auprès de la compagnie d’assurance de son choix.